Recueil ou E-Recueil?

L’été est la saison de mise à jour des outils pédagogiques pour l’automne à venir. Après réflexion et sondage, j’ai décidé d’expérimenter et de modifier mon matériel de cours pour cet automne. Plus précisément, je prévois remplacer un livre précédemment obligatoire par un recueil de cas électronique.

Dans un récent article intitulé « The Idea of the Casebook: Pedagogy, Prestige, and Trusty Platforms » Joseph Scott Miller et Lydia Pallas Loren dressent une typologie des raisons pour lesquelles les facultés de droit sont parfois réticentes à adopter des ouvrages numériques, surtout lorsqu’ils ont offerts par des maisons d’édition indépendantes. Il s’agit, au fond, d’une question de confiance.

Le passage à l’électronique semble pourtant approprié pour enseigner aux natifs numériques, comme en témoigne ce récent texte de Jeremy McCabe, un candidat à la maîtrise en sciences de l’information à la University of Washington Information School. Il permet de plus de fournir un matériel sur-mesure pour chaque cours et d’inclure par référence d’autres médias externes. Cependant, malgré tous ses bons côtés, l’offre de recueils de cas numériques pour l’enseignement du droit est encore très limitée.

Le modèle de Semaphore Press tel que décrit par Lydia Pallas Loren semble prometteur et j’y reviendrai probablement d’ici quelques années, lorsque mon matériel pédagogique sera rodé. Je me contenterai pour l’heure d’un receuil de cours maison, dont le format et la licence restent encore à déterminer…

Ce contenu a été mis à jour le 29 octobre 2015 à 17 h 05 min.

Commentaires

Laisser un commentaire